"Le séisme d'Al Haouz et les leçons marocaines" par le Pr. Abdelhak Azzouzi

Artículos

Le séisme qui a frappé Al Haouz et l'Atlas dans la nuit du vendredi 9 septembre, enregistrant une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter, a provoqué une douleur et une tristesse collective sans précédent.

Le séisme a été dévastateur, compte tenu du nombre de morts, de blessés et de la destruction généralisée de maisons et d'habitats dans les villages. Des rochers sont tombés des montagnes, et les tremblements intenses ont poussé les gens à fuir leurs maisons tandis que les oiseaux abandonnaient leurs nids. Cette catastrophe a considérablement affecté le patrimoine immatériel du Maroc.

Cependant, ce qui a étonné le monde, c'est la démonstration écrasante de solidarité des Marocains, jeunes et moins jeunes, avec leurs compatriotes touchés par le séisme. Des images ont afflué de tous les coins du Maroc, y compris du Sahara marocain, de la région du Rif, et d'est en ouest, du nord au sud, même de la part des Marocains à l'étranger.

Des photos montraient des véhicules marocains se dirigeant vers les zones touchées, des chaînes humaines achetant des fournitures essentielles dans les magasins pour aider ceux d'Al Haouz, de Taroudant et d'Ouarzazate. Des images montraient également de longues files de donneurs de sang dans les hôpitaux. J'ai personnellement été témoin de cela lorsque qu'un centre médical a été mis en place à l'Université Euromed de Fès ; les étudiants, leurs familles, le personnel et les professeurs ont tous rivalisé pour faire des dons de sang. Sans oublier les généreuses contributions financières faites sur des comptes dédiés. Des images ont également montré les autorités, l'armée royale et les équipes médicales portant secours aux communautés touchées. Cette réponse exemplaire des Marocains s'ajoute sûrement à la liste des réalisations remarquables du Maroc, incarnant l'unité entre le trône et le peuple.

Alors que le Maroc luttait pour dénombrer les victimes, soutenir les veuves et les orphelins, reconstruire les zones dévastées, et considérer les enfants et orphelins du séisme d'Al Haouz comme les "affligés de la nation", il y avait des détracteurs et des critiques étrangers. Ils ont utilisé des plateformes médiatiques et des magazines vides pour provoquer les sentiments des Marocains, minimisant la remarquable résilience du caractère marocain face aux défis.

Ces entités ne pouvaient pas accepter que le Maroc soit une nation indépendante et souveraine avec une réputation grandissante dans le système international, forgeant des partenariats stratégiques humanitaires « gagnant-gagnant » avec des pays africains, arabes et mondiaux. Bien sûr, leurs rapports biaisés ont échoué face à la vague de fraternité et de solidarité affichée par le peuple marocain.

La visite du roi Mohammed VI aux victimes à l'hôpital de Marrakech, son don de sang pour les victimes, sa généreuse contribution d'un milliard de dirhams pour contrer les effets du séisme, et la présidence des sessions de secours et de réinstallation sont le témoignage ultime de la "symphonie" de la solidarité nationale écrite à la fois par le trône et le peuple.

Les Marocains, porteurs de grandes valeurs de nationalisme et d'humanité, ont prouvé que des phrases telles que "Berceau des hommes libres... Source des lumières" ne sont pas de simples slogans vides, mais reposent en réalité sur des principes intemporels qui ne changent ni ne s'estompent.

Lire l'article en version arabe : https://www.aletihad.ae

Compartir